Partager sur
FR-Evangile-Illustre-2015-09-29.jpg
29 septembre 2021 - Saint Michel
Logo Évangile
L'évangile du jour
« Vous verrez le ciel ouvert, et les anges de Dieu » (Jn 1, 47-51)

En ce temps-là, lorsque Jésus vit Nathanaël venir à lui, il déclara à son sujet : « Voici vraiment un Israélite : il n’y a pas de ruse en lui. » Nathanaël lui demande : « D’où me connais-tu ? » Jésus lui répond : « Avant que Philippe t’appelle, quand tu étais sous le figuier, je t’ai vu. » Nathanaël lui dit : « Rabbi, c’est toi le Fils de Dieu ! C’est toi le roi d’Israël ! » Jésus reprend : « Je te dis que je t’ai vu sous le figuier, et c’est pour cela que tu crois ! Tu verras des choses plus grandes encore. » Et il ajoute : « Amen, amen, je vous le dis : vous verrez le ciel ouvert, et les anges de Dieu monter et descendre au-dessus du Fils de l’homme. » 


Logo Méditation des Carmes
Méditer avec les Carmes
AtosGIMP

Autant d'apôtres, autant de manières de répondre à l'appel de Jésus.

André a entendu le Baptiste lui dire : "Voici l'Agneau de Dieu." Il a suivi Jésus et lui a demandé : "Où demeures-tu ?" Simon a été amené par son frère. Jésus l'a regardé, et lui a dit : "Tu t'appelleras Kèphas". Philippe a entendu simplement : "Suis-moi !" ; Jacques et Jean ont lâché leurs filets ; Matthieu s'est levé sans terminer son addition.

Mais tous ceux-là ont vu Jésus ; c'est pourquoi leur réponse a pu être immédiate, décisive. Nathanaël n'entend d'abord que le témoignage des premiers appelés : "Celui dont parlent la Loi et les Prophètes, nous l'avons trouvé : c'est Jésus, fils de Joseph, de Nazareth !" Et Nathanaël ne s'en laisse pas compter.

"Viens et vois", lui répond Philippe. C'est le type même de la parole de témoignage, qui ne contraint pas, mais propose. Philippe a reconnu en Jésus le Messie d'Israël, mais il ne force pas la main de Nathanaël ; il ne l'oblige pas, par pression morale, à entrer dans sa propre certitude et dans sa propre joie. Il lui suggère simplement de poser à son tour un acte de liberté, de faire à son tour le pas et la découverte : "Viens et vois !" De fait, même le plus vibrant des témoignages ne suffira jamais pour susciter la foi. Personne ne peut croire par procuration ; il faut faire soi-même la démarche, se risquer à la rencontre et au dialogue avec l'Envoyé de Dieu.

"Viens et vois !" À partir de cette invitation de Philippe, tout l'épisode va se centrer sur le regard.

Nathanaël va donc voir Jésus ; mais surtout il va prendre conscience que déjà il a été vu : "Quand tu étais sous le figuier, lui dit Jésus, je t'ai vu !" Jésus a vu, dans le secret, Nathanaël sous le figuier méditant les Écritures.

En un éclair, Nathanaël se découvre précédé par le regard de Jésus. Et parce qu'il se sait reconnu, il reconnaît à son tour Jésus pour ce qu'il est : le Messie envoyé de Dieu et le roi attendu par Israël. Jésus l'a vu espérer, et parce que Jésus, dans son amour, a pris l'initiative, Nathanaël peut croire en le voyant : "Rabbi, c'est toi, le Fils de Dieu ! c'est toi, le roi d'Israël !"

Mais Jésus lui répond : "tu verras des choses bien plus grandes !"... Oui, s'il garde les yeux ouverts en même temps qu'il ouvre son cœur, Nathanaël verra en Jésus mieux encore que cette lucidité qui le surprend, mieux encore qu'un lieutenant de Dieu sur la terre. Il verra se déployer tout le mystère du Fils de Dieu fait homme. Il comprendra qu'avec Jésus la pleine communion avec Dieu est offerte aux croyants, et que le Messie est, à lui seul, toute l'ouverture du cœur de Dieu.

À ce moment, pour la révélation solennelle qu'il veut faire, Jésus, au-delà de Nathanaël, s'adresse à tous ceux qui vont être les témoins de sa vie et de sa Pâque : "En vérité, en vérité je vous le dis : vous verrez, vous verrez le ciel ouvert !"

La foi leur fera rejoindre, à travers la déchirure du ciel, le Dieu inaccessible. Mieux encore, ils assisteront à un dialogue inimaginable, celui de Dieu, au ciel, avec le Fils de l'Homme sur terre : "Vous verrez les anges de Dieu monter et descendre au-dessus du Fils de l'Homme". Le mouvement des anges, messagers de Dieu, tel que Jésus le décrit, traduit pour le regard ce que ce dialogue a de paradoxal pour l'intelligence et le cœur de l'homme. On s'attendrait que les messagers descendent d'auprès de Dieu, puis remontent vers lui ; en réalité ils montent de Jésus vers le Père : le message part donc de Jésus, le Fils pleinement libre et tout obéissant, le Fils totalement spontané qui passe tout entier dans sa réponse, le Fils responsable et totalement autonome dans sa propre soumission ; et les messagers redescendent d'auprès de Dieu sur Jésus à tout moment de sa mission. Ils sont porteurs d'une parole silencieuse, et pour nous inaudible : le oui de Dieu au monde qu'il aime, l'acquiescement du Père à son Bien-Aimé.

Frères et sœurs, nous qui passons des heures, heureuses ou arides, sous le figuier de la prière et de la Parole, cette même Parole nous appelle à nous lever chaque jour pour chercher du regard le regard du Christ.

Déjà lui nous a vus, et il nous donne d'entrevoir, des yeux de la foi, au-delà de son humanité sainte, son échan­ge d'amour avec le Père, qui est un autre nom de la gloire.

"Viens et vois, Nathanaël !"


Logo Maria Valtorta
Dans les visions de Maria Valtorta
appel-de-philippe-et-nathanel.jpg
Date
14 mars 27
Lieu
Bethsaïde
Livre
Tome 1 - ch 50.5
1ère année vie publique

       (…) Un homme quelque peu âgé s’est approché en curieux. Jésus se retourne pour caresser un enfant qui tire sur son vêtement, et le voit. Il le regarde intensément. Cet homme le salue en rougissant, mais ne dit rien d’autre.

       « Viens ! Suis-moi !

       – Oui, Maître. »

       Jésus bénit les enfants et revient à la maison au côté de Philippe (il l’appelle par son nom). Ils s’assoient dans le jardinet.

       « Veux-tu être mon disciple ?

       – Je le veux… et je n’ose espérer l’être.

       – C’est moi qui t’ai appelé.

       – Alors je le suis. Me voici.

       – Tu savais qui je suis ?

       – André m’a parlé de toi. Il m’a dit : “ Celui que tu désirais est venu. ” Car il savait que j’attendais le Messie.

       – Ton attente n’est pas déçue. Il se tient devant toi.

       – Mon Maître et mon Dieu !

       – Tu es un israélite aux intentions droites. C’est pour cela que je me manifeste à toi. Un autre de tes amis attend, lui aussi ; c’est un israélite sincère. Va lui dire : “ Nous avons trouvé Jésus de Nazareth, fils de Joseph, de la race de David, celui dont ont parlé Moïse et les prophètes ”. Va ! »

       Jésus reste seul, jusqu’au retour de Philippe accompagné de Nathanaël-Barthélemy.

       « Voici un vrai israélite en qui il n’y a pas de fraude. Paix à toi, Nathanaël.

       – Comment me connais-tu ?

       – Avant que Philippe ne vienne t’appeler, je t’ai vu sous le figuier.

       – Maître, tu es le Fils de Dieu, tu es le Roi d’Israël !

       – Parce que je t’ai dit t’avoir vu pendant que tu réfléchissais sous le figuier, tu crois ? Tu verras des choses bien plus grandes que celle-là. En vérité, je vous dis que les Cieux sont ouverts, et vous, par la foi, vous verrez les anges descendre et monter au-dessus du Fils de l’Homme, c’est-à-dire au-dessus de moi, qui te parle.

       – Maître ! Je ne suis pas digne d’une telle faveur !

       – Crois en moi, et tu seras digne du Ciel. Veux-tu croire ?

       – Je le veux, Maître. » (…)