Partager sur
FR-Evangile-Illustre-2015-11-29.jpg
28 novembre 2021 - Sainte Catherine Labouré
Logo Évangile
L'évangile du jour
« Votre rédemption approche » (Lc 21, 25-28.34-36)

En ce temps-là, Jésus parlait à ses disciples de sa venue : « Il y aura des signes dans le soleil, la lune et les étoiles. Sur terre, les nations seront affolées et désemparées par le fracas de la mer et des flots. Les hommes mourront de peur dans l’attente de ce qui doit arriver au monde, car les puissances des cieux seront ébranlées. Alors, on verra le Fils de l’homme venir dans une nuée, avec puissance et grande gloire. Quand ces événements commenceront, redressez-vous et relevez la tête, car votre rédemption approche. Tenez-vous sur vos gardes, de crainte que votre cœur ne s’alourdisse dans les beuveries, l’ivresse et les soucis de la vie, et que ce jour-là ne tombe sur vous à l’improviste comme un filet ; il s’abattra, en effet, sur tous les habitants de la terre entière. Restez éveillés et priez en tout temps : ainsi vous aurez la force d’échapper à tout ce qui doit arriver, et de vous tenir debout devant le Fils de l’homme. » 


Logo Méditation des Carmes
Méditer avec les Carmes
SainteChapelle-GIMP

Avec ce nouvel Avent, voici revenu le temps de laisser à Dieu toute l'initiative dans l'Église, dans le monde, dans notre communauté et dans chacune de nos vies. 

Jérémie, à l'instant, nous parlait de cette initiative gratuite de Dieu en termes de promesse et d'ac-complissement : "Voici venir des jours où j'accomplirai la bonne parole que j'ai prononcée sur la maison d'Israël et sur celle de Juda". Israël, à l'époque du prophète, c'est la zone occupée par les Assyriens ; Juda, c'est le pays encore libre.

Et quel est le moyen que Dieu a choisi pour se réconcilier les deux peuples frères ?

"Je ferai germer un germe de justice".

Qui dit germe dit espérance et promesse de vie. Ainsi Dieu accomplira sa parole en donnant à ses fils de quoi espérer. Toute l'attente, toute la confiance du peuple de Dieu, va pouvoir se concentrer et se fixer sur ce Germe suscité par Dieu, un roi fils de David, de qui germera tout renouveau pour le monde et chacun des croyants.

Et tout le programme de ce Fils de David consistera à promouvoir la justice, c'est-à-dire la justice entre les hommes, certes, mais surtout la juste relation à Dieu.

Nous rencontrons souvent, dans les textes de l'Ancien et du Nouveau Testament, cette notion de justice, typiquement biblique, qui ne nous est pas familière.

Dieu est juste envers son peuple parce qu'Il correspond toujours à ce que son peuple est en droit d'attendre de Lui ; Dieu se montre juste parce qu'Il reste constant dans son propos d'Alliance. De même l'homme devient peu à peu un juste devant Dieu quand il correspond à ce que Dieu est en droit d'attendre de lui: le croyant est juste quand il joue loyalement le jeu de l'Alliance.

Être juste, c'est donc s'ajuster à Dieu, au plan de Dieu, et à son amour. Et c'est cette justice-là, avant tout, que Dieu, par son envoyé, entreprend de faire germer de nouveau. C'est cet ajustement au projet de Dieu, cette union de volonté avec Dieu, qui apportera à Juda et à Jérusalem - et donc maintenant à l'Église de Jésus - à la fois le salut et la sécurité, à la fois l'harmonie avec Dieu et la certitude que rien ne pourra nous arracher de sa main.

Et les fidèles du Seigneur entreront avec tant d'ardeur dans son programme de renouveau que ce programme lui-même deviendra le nom de la ville sainte: on l'appellera désormais, en ces jours-là, qui seront les jours du Messie, "Adonay çidqénu", "le Seigneur notre justice". De même la nouveauté spirituelle que Dieu, librement, nous apporte en ce temps de l'Avent, la "justice", la nouvelle amitié qu'il nous offre dans le Christ, est un germe de vie si puissant qu'il remodèle notre être en profondeur (devient notre "nom nouveau"), et que tout, en nous, devient consonant au projet de Dieu qui veut réussir le monde pour sa gloire et pour notre bonheur.

Voilà la "sainteté sans reproche", la consécration sans reprise, dans laquelle saint Paul veut nous voir établis devant Dieu (1 Th 3,12 - 4,2). "Vous avez appris, écrit-il, comment il faut vous conduire pour plaire à Dieu" ; autrement dit : "Vous connaissez la route de la justice, vous savez comment vivre la juste relation à Dieu."

Une seule attitude nous est demandée, en cet Avent où nous vivons plus intensément l'attente du salut au nom de tous les hommes : laisser en nous germer le Christ, le Christ tel que Dieu nous le donne, le Christ humble et fraternel, qui ouvre les mains sans jamais les refermer, le Christ dont toutes les paroles sont porteuses de paix et d'espérance.

Peu importent dès lors nos limites et nos misères, peu importe la fragilité de ce petit germe qu'est notre communauté, peu importe l'insécurité que nous partageons avec toute l'Église contemporaine : "Celui" qui germe en nous et dans notre groupe de croyants est plus vivant et plus fort que toutes les énergies qui désintègrent le monde et le cœur des hommes.

Oui, "redressons-nous et relevons la tête", selon la consigne de Jésus. Notre rédemption approche, elle est là, en Jésus Christ, puisqu'il est Dieu avec nous, Dieu notre justice. Nous n'avons plus qu'à saisir le salut que Dieu fait advenir, et Jésus aujourd'hui ne nous demande qu'une chose : "Restez éveillés !" 

 

 


Logo Maria Valtorta
Dans les visions de Maria Valtorta
signes-des-temps.jpg
Date
3 avril 30
Lieu
Jérusalem
Livre
Tome 9 - ch 596.45
Préparation à la Passion

       (…) Encore un autre signe : un signe pour la fin du Temple et pour la fin du monde. Quand vous verrez l’abomination de la désolation prédite par Daniel — que celui qui m’écoute comprenne, et que celui qui lit le prophète sache lire entre les lignes —, alors que celui qui sera en Judée s’enfuie sur les montagnes, que celui qui sera sur sa terrasse ne descende pas prendre ce qu’il a dans sa maison, que celui qui est dans son champ ne revienne pas chez lui prendre son manteau : il lui faudra fuir sans se retourner, pour qu’il ne lui arrive pas de ne plus pouvoir le faire. Dans sa fuite, il ne devra pas se retourner par curiosité, pour ne pas garder dans son cœur cet horrible spectacle et en devenir fou. Malheur à celles qui seront enceintes et qui allaiteront en ces jours ! Et malheur si cette fuite devait s’accomplir pendant le sabbat ! S’enfuir ne suffirait pas pour se sauver sans pécher.

       Priez donc pour que cela ne se produise pas en hiver et un jour de sabbat, car alors la tribulation sera si grande qu’il n’y en a pas eu de telle depuis le commencement du monde jusqu’à nos jours et qu’il n’y en aura plus jamais de semblable, car ce sera la fin. Si ces jours n’étaient pas abrégés en faveur des élus, personne ne serait sauvé, car les hommes-satans s’allieront à l’enfer pour tourmenter les gens.

       Alors aussi, pour corrompre et détourner du droit chemin ceux qui resteront fidèles au Seigneur, des gens viendront dire : “ Le Christ est ici, le Christ est là, le voici ! ” Que personne ne les croie, car il s’élèvera de faux christs et de faux prophètes qui feront des prodiges extraordinaires capables d’induire en erreur, s’il était possible, les élus eux-mêmes. Ils enseigneront des doctrines en apparence si convenables et si bonnes qu’elles séduiraient même les meilleurs, s’ils n’avaient pas en eux l’Esprit de Dieu pour les éclairer sur la vérité et l’origine satanique de ces prodiges et de ces doctrines. Je vous le dis, je vous le prédis pour que vous puissiez vous diriger.

       Mais ne craignez pas de tomber. Si vous restez dans le Seigneur, vous ne serez pas attirés par la tentation et la ruine. Rappelez-vous ce que je vous ai dit : “ Je vous ai donné le pouvoir de marcher sur les serpents et les scorpions, et toute la puissance de l’Ennemi ne saurait vous nuire, car tout vous sera soumis. ” Je vous rappelle cependant que, pour l’obtenir, vous devez avoir Dieu en vous, et vous devez vous réjouir, non parce que vous maîtrisez les puissances du mal et ses poisons, mais parce que votre nom est écrit dans le Ciel.